31 Jan 2014

Vintage : Aerodeck, le break de chasse d’Honda

L’originale silhouette de la nouvelle Civic Tourer rappelle qu’il y a presque 30 ans, Honda avait déjà innové avec l’Aerodeck, véritable cocktail entre un coupé et un break.

Hond Aerodeck  coffre

Lors de la présentation de la troisième génération de l’Accord, mi 1985, un modèle inédit dans la gamme suscita beaucoup d’intérêt. Baptisé du nom charmant d’Aerodeck, il se distinguait par son esthétique originale de break de chasse. Cette appellation qualifiait des coupés-breaks comme la Lancia HPE, Volvo 480 ou Reliant Scimitar. En fait, il s’agissait d’une Berline Accord comptant seulement 2 portes et raccourcie de près de 20 cm. Avec 4,33 m, ce coupé-break, offrait une excellente habitabilité et surtout une intéressante modularité grâce à ses sièges repliables et son hayon mordant largement sur le pavillon.

Davantage que sa praticité, il proposait surtout une silhouette inédite. L’Aerodeck ne partageait aucun de ses emboutis avec ceux de la berline. Il reprenait l’avant surbaissé à phares rétractables de l’Accord Japonaise nommé Vigor. En France, celle-ci était vendue avec des phares classiques. D’avant, l’Aerodeck faisait songer à un coupé Prélude et d’arrière à la nouvelle Civic avec ses flancs bombés s’ouvrant sur une surface vitrée très lumineuse. Bref, l’Aerodeck était craquant !

Equipement exceptionnel

Hond Aerodeck  interieurMécaniquement, il reprenait tout de l’Accord dont son fameux train avant à double triangles issus de la Formule 1 qui permettait cette face avant très effilée. Il accueillait en position transversale, son 4 cylindres 2 litres 12 soupapes à injection de 122 ch autorisant près de 190 km/h. Il se distinguait par sa technologie novatrice notamment son injection PGM-FI et son freinage antiblocage spécifique (ALB) sans oublier un équipement rare pour l’époque avec des rétroviseurs dégivrants et de magnifiques sièges Recaro très enveloppants.

J’ai beaucoup roulé en Accord ces Hond Aerodeck  faceannées là particulièrement en Aerodeck qui avait les mêmes qualités de la berline en particulier un confort au dessus de la moyenne et un grand agrément de conduite, avec en prime le sentiment jouissif de rouler dans une voiture hors série.

Les ventes alors contingentées de voitures japonaises générèrent une forte demande autour de cette voiture au parfum d’exclusivité. Il en fut de même d’occasion, où elle fut très recherchée. Aujourd’hui encore, tout comme le coupé CRX, l’Aerodeck bénéficie d’une côte d’amour étonnante de la part de jeunes passionnés qui n’étaient pas nés en 1985. Ils sont séduits autant par sa silhouette originale et pas datée que par ses formes racées nées de son rapport-largeur hauteur (1,32m) qui fait songer à celui d’un coupé. On dit que le temps est un grand juge, mais prés de 30 ans permettent de mieux mesurer la modernité intemporelle de cette Honda décidemment pas comme les autres. Est-il nécessaire de rappeler que les Honda ne sont déjà pas des voitures comme les autres !

Patrice Vergès

Partager cet article...