29 Avr 2014

Vintage / Civic : c’est la cinq que je préfère

« C’est la cinq que je préfère. » C’était l’accroche publicitaire de l’éphémère cinquième chaîne de télévision qui a disparu en 1992. Année où est apparue la cinquième génération de la Civic qui bénéficie d’un véritable culte. Explications.

La 5eme génération de la Honda Civic a vu le jour en 1992 et a été produite jusqu’en 1996 sous le nom de code EG. Par son esthétique surbaissée et fluide, cette version a rencontré un engouement extraordinaire. Fait intéressant, 20 ans après sa disparition, cette génération est très recherchée par les tuners et ses prix de ventes restent très élevés malgré des kilométrages surréalistes prouvant que les Honda, c’était déjà du béton !

Coup de foudre !

Honda Civic 1

Avec son capot surbaissé, son pare-brise hyper incliné, la Civic faisait songer à un coupé plutôt qu’une berline familiale

Dévoilée au salon de Francfort 1991, la Civic 5eme génération innovait par sa ligne appelée Bio

Dévoilée au salon de Francfort 1991, la Civic 5eme génération innovait par sa ligne appelée Bio

Dès que j’ai vu cette Civic dévoilée au salon de Francfort 1991, j’ai été séduit. Le coup de foudre ! Je suis tombé sous le charme de son capot plongeant hyper-surbaissé, des courbures osées de ses surfaces vitrées plus proches de celles d’un coupé que d’une berline. Avouant seulement 1,34 m de haut pour près de 1,70 m de large contre 4,08 m de long, elle offrait une assise au sol très généreuse.

A cette époque de ligne bio générant des excès qui donnaient le sentiment que certaines voitures étaient en train de fondre, la Civic était non seulement belle car magnifiquement équilibrée mais terriblement sensuelle. J’ai immédiatement souhaité en acheter une et je ne savais pas que mes difficultés allaient commencer car je n’étais pas le seul à avoir succombé à son charme.

Il y eut rapidement une liste d’attente chez les concessionnaires. Ne pouvant me la livrer avant plusieurs mois, le concessionnaire Honda me loua un Concerto 1500 pendant quelques temps. Ne voyant rien arriver après de longues semaines, à ma demande, il déchira mon contrat. Plutôt content, il préférait vendre une Civic plein pot qu’une avec une petite réduction journaliste. Honda France me sauva la vie en me vendant une Civic 1500 LSi du parc presse quelques semaines plus tard.

Plus belle que les autres
Cette Civic était presque neuve car elle avait seulement joué dans un téléfilm interprété par Nicole Garcia. Elle avait bénéficié d’un équipement spécifique notamment des jantes bicolores en alliage léger d’un diamètre plus grand que les 13 de série qu’on trouve minuscules aujourd’hui, de phares lenticulaires et d’un petit pommeau cuir de NSX et quelques bricoles notamment une belle sortie d’échappement. Elle était magnifique.

Cette 5eme génération ne pouvait encore accueillir que des moteurs essence 16 soupapes. Soit 1350 cm3 75 ch et 1500 90 ch, soit en 1600 cm3 en 125 ch ou 160 ch en VTEC. Elle était également proposée en trois volumes plutôt réussie qui eut un certain succès de même qu’en coupé bien proportionné qui arrivèrent plus tard. Mais la plus désirable, c’était la 2 volumes ou Hatchback si vous préférez, avec sa poupe ronde et son original hayon en 2 parties ce qui était très novateur à l’époque et ses flancs arrondis et la courbure très prononcée des glaces latérales. Sous n’importe quel angle, la Civic était belle à regarder.

Merveilleusement pas pratique

La version 3 volumes était plutôt réussie et bien équilibrée

La version 3 volumes était plutôt réussie et bien équilibrée

On peut le dire aujourd’hui, il y a prescription. Si elle était belle, elle n’était pas pratique à vivre avec son mini essuie-glace arrière qui n’essuyait pas grand chose, ses vide-poches genre fente de boîte à lettres et son assise hyper basse digne d’une voiture de sport exigeant de la souplesse pour en sortir. D’ailleurs Honda rectifia le tir sur la 6eme génération plus facile à vivre au quotidien. Quant à la version VTEC, j’avais pu essayer une 4 portes légèrement préparée au niveau du boitier dont le 1600 cm3 double arbre dépassait les 9000 tours dans une sonorité de moto GP.

Sublissime !

J’ai rapidement eu de nombreuses propositions pour me l’acheter certainement à cause de son esthétique encore plus personnalisée. J’ai cédé parce que je désirais un vrai cabriolet et Honda n’en avait pas dans sa gamme. En achetant un cabriolet Rover 216 à moteur Civic 130 ch qui était le clone de la Concerto, je suis resté fidèle à Honda en continuant à voir et même à rouler à bord de mon ancienne Civic revendue successivement entre collègues du journal. A 100 000 km, elle semblait encore neuve. Aujourd’hui, il n’est pas rare d’en dénicher qui ont largement plus de 250 000 km au compteur avec le moteur d’origine. Ses prix restent élevés car elle est particulièrement convoitée par les amateurs de tuning. Chaussée en 16 ou 17 pouces, revêtue d’une jolie peinture nacrée, un discret aileron de toit, on pourrait imaginer qu’elle est née au troisième millénaire. Les chefs d’œuvre ne vieillissent jamais surtout quand ils s’appellent Honda.

Patrice Vergès

Honda Civic 2

La présentation intérieure était sobre. Remarquez la taille des vide-poches !

Partager cet article...