22 Mar 2017

Vintage : Honda Acty, un amour d’utilitaire

Le minuscule Honda Acty n’a été importé chez nous qu’une dizaine d’années entre 1977 et 1987. Pourtant sa vision provoque toujours des souvenirs réjouis du temps où on le croisait dans la circulation.

En fait, on le voyait plus souvent garé sur les trottoirs ou dans les allées des jardins publics que noyé dans la circulation urbaine. De par son faible volume au sol, c’était l’utilitaire idéal pour livrer sans gêner ou se faufiler, choisi fréquemment par les municipalités pour tous les travaux urbains, ainsi que les jardiniers et également les restaurateurs et autres artisans. Son point fort était sa compacité qui permettait de le garer dans des endroits où justement l’on ne pouvait pas se garer grâce à ses 3,20 m de long contre moins de 1,30 m de large. Il n’était pas seulement pratique et économique, il était physiquement craquant avec son look de min-van à cabine avancé.

40 ans déjà !

Pour fêter les 40 ans de la naissance de l’Acty, Honda avait choisi d’en faire la (petite) vedette de son superbe stand de Rétromobile 2017. Un pari osé, car un Acty est moins emblématique qu’une S800 ou N360 pour le Hondiste passionné de régimes moteur endiablés. Un pari gagné puisqu’il a attiré beaucoup de regards égayés et autant de questions. Mais outre le capital sympathie qu’il dégageait, force est d’admettre qu’il y a un toujours un peu d’Acty en nous, du moins parmi les quadras, puisqu’il il a connu un gros succès en France lors de son importation entre 1977 et 1987. Il faut savoir que la législation japonaise imposait aux microvoitures baptisées key-cars, une cylindrée maximale de 360 cm3 pour une largeur de 1,29 m. Des dimensions peu en adéquation avec un utilitaire qui n’avaient pas empêché Honda de proposer un mini-utilitaire dès 1967 avec le fameux TN 360. Une minuscule cabine avancée dérivé au plan mécanique de la minuscule N360 dont il reprenait le twin de 360 cm3 refroidi par air monté horizontalement couché sous le plancher en position centrale arrière entraînant les roues arrière. Produit 10 ans, le TN 360 connaîtra un énorme succès avec 700 000 exemplaires construits.

La modification de la réglementation des key-cars autorisa à partir de 1976 une augmentation de la cylindrée portée à 550 cm3, liée à une longueur et une largeur accrues. Elle permit à Honda de proposer dès 1977 un utilitaire plus ambitieux que le TN360.

Moteur refroidi par eau

Si le nouvel Acty (pour Activity) reprenait l’architecture globale du précédent, notamment son train roulant et la position centrale du moteur pour accroître le volume intérieur, sa mécanique était différente. Il s’agissait du moteur de la Life, mini-Honda qui remplaçait la N depuis 1971. Il s’agissait toujours d’un vertical-twin mais refroidi par eau plutôt que par air, technologie condamnée par les nouvelles normes d’anti-pollution qui avaient contraint Honda à arrêter sa fantastique 1300 4 cylindres. Signalons que le moteur de la Life qui ne fut pas importée chez nous, fut l’un des premiers moteurs à arbre d’équilibrage !

Avec 31 chevaux à 5500 tr/mn, ce minuscule utilitaire à peine plus long de 3 m pour 1,39 m était bien plus puissant que le précédent TN360, ce qui lui permettait d’offrir des performances plus décentes (90 km/h), et surtout d’accueillir un chargement plus lourd porté à 450 kilos et même à 580 kilos plus tard. Il fut d’abord présenté en tant que pick-up puis en van, d’abord avec un toit plat, puis surélevé très apprécié pour les amateurs de camping, et enfin en 4 roues motrices avec garde au sol surélevée (roues de 12 pouces) qui en fit l’engin idéal pour les travaux de chantier. Il fut offert avec un nombre incroyable de configurations. On le vit même en semi-remorque ou monté sur des chenilles !

Il est certain que son économie d’usage (7 litres aux 100), sa praticité avec sa large porte coulissante latérale, sa fantastique maniabilité due à un rayon de braquage sidérant et surtout sa bouille très sympa d’utilitaire en réduction ne furent pas étrangers à l’accueil très favorable qu’il rencontra sur tous le marchés d’exportation notamment la France.

Plusieurs générations

Hélas, le contingentement des ventes des constructeurs japonais marqua la fin de la vente de l’Acty en France. Mais sa production continua pour d’autres marchés avec une nouvelle génération dès 1988 animée par un nouveau moteur 3 cylindres refroidi par eau, plus puissant toujours en 550 cm3 (34 ch) qui grimpa à 660 cm3 en 1996 (38 ch) lorsque la réglementation fut modifiée.

En 1999, la troisième génération vit le jour. Si elle conservait l’architecture du précédent (moteur central arrière) elle offrait de louables améliorations portant sur la tenue de route, le volume de chargement et le confort de son utilisateur (boîte auto).

10 ans après, s’il changeait de nom au profit de Vamos, il reste toujours au catalogue du constructeur. La présentation par Honda du concept-car T880 au dernier salon de Tokyo prouve que l’esprit de l’Acty est toujours présent chez ce constructeur et qu’il ne faut jamais dire jamais…

 

 

Partager cet article...